Un jeu collectif

2 décembre 2016 à 17:32 Publié par Jean-Luc Courtial

Philémon finance en partie son lancement grâce au financement participatif !

Non, le Crowdfunding n’est pas une nouvelle forme de vie extraterrestre inventée par la NASA.

Littéralement,  comprenez « financement par la foule ». Très concrètement, chacun peut donner vie à un projet monumental comme minimal dans quelque domaine que ce soit. Le financement participatif permet de récolter des fonds auprès d’un large public en vue de financer un projet artistique ou entrepreneurial.

Initiative Entreprise, Philémon-1889 a financé sa 1ère production grâce au soutien de sa communauté à hauteur de 24 915 € .

 Comment ça fonctionne?

Le concept est simple. Sur la plateforme de financement participatif Ulule, vous découvrez le projet Philémon-1889. Vous adhérez à l’histoire et ce projet entrepreneurial. Pour permettre à Philémon de lancer sa 1ère production, vous décidez de passer précommande de produits.

Le montant total des sommes collectées doit atteindre l’objectif fixé dans un laps de temps imparti. Si l’objectif financier est atteint à la fin de la collecte et ce grâce à vous, Philémon pourra réaliser son œuvre. Sinon, vous serez remboursés et le projet très probablement avorté.

Le financement participatif n’est pas une quête de charité. Pour chaque somme versée, le contributeur reçoit une contrepartie selon le don versé, en l’occurrence vos cadeaux de Noël 2015.

Est-ce que ça marche ?

Via le financement participatif, Obama a financé sa campagne électorale en 2008 en soulevant 150 millions de $. La France n’est pas étrangère au financement par la foule. Le Louvre a lancé deux vagues d’assauts participatifs sous le nom de projet « Tous mécènes » pour financer l’acquisition des Trois Grâces puis pour rénover La Victoire de Samothrace avec le million € récolté. Même le Panthéon se paye un délicat ravalement de façade à plus de 68 000 € et le Mont-Saint-Michel une belle jambe avec un Pont-Levis comme neuf !

Est-ce que c’est réglementé ?

En France, afin de favoriser le développement du financement participatif dans un environnement sécurisant pour les contributeurs (donateurs, prêteurs ou investisseurs), les pouvoirs publics ont adapté la réglementation, par l’ordonnance n°2014-559 du 30 mai 2014.

Et vous ?

Entreprendre, c’est écouter, oser et s’engager financièrement avec le recours à la banque. Mais la banque n’a pas coutume de financer le stock, c’est à dire les produits vendus par l’entreprise. Alors, vous devenez notre déclic financier. En nous confiant votre argent, nous lancerons la 1ère production et nous utiliserons la marge réalisées pour financer notre développement commercial.

Vous découvrez notre initiative, vous la partagez avec votre entourage, vous décuplez la dimension de notre projet. Vous devenez consom’acteurs à nos côtés, avec vos commentaires, suggestions et vos encouragements. Vous êtes “mécène” de la marque. Ensemble, Il n’appartient qu’à nous que Philémon atteigne son objectif.

Et le banquier ?

La campagne de financement participatif  Philémon nous permet de nous faire connaitre, de mieux comprendre notre marché, améliorer notre projet et d’augmenter votre visibilité. C’est la meilleure étude de marché pour convaincre notre banquier de la viabilité de Philémon. Vous êtes nos alliés pour donner confiance au banquier afin de compléter le financement de notre 1er stock de marchandises.

Un jeu collectif !

Par le bouche à oreilles, le financement participatif mobilise une communauté d’investisseurs autour d’une histoire humaine, celle d’Antoine et de Jean-Luc, après 12 mois de travail consacré à Philémon-1889. Amis contributeurs, merci à tous pour votre soutien à ce projet entrepreneurial : Philémon-1889 , marque française de soin cosmétique masculin, pour tous les mâles aimés de la Terre.